Panier d'achat (prix nets)
Rechercher Votre Panier   Continuer les achats

Medley Dalida_Génération 78

(Code: 05071266)

Ecouter un extrait audio du fichier midi
Envoyer à un ami
Ajouter aux favoris
15,00 EUR
Acheter le fichier
Medley Dalida_Génération 78




05071266 MEDLEY Generation 78_Dalida
Universal, 2006
Tiré de l'album : La Légende
Durée : 6 mn 45
Label : Barclay
  1. come prima,
  2. gondolier,
  3. volare, 
  4. romantica,
  5. j'attendrai,
  6. darla dirladada,
  7. paroles,
  8. les enfants du pirée,
  9. ciao bambino, 
  10. à t'aimer follement, 
  11. le jour où la pluie viendra,
  12. gigi l'amoroso,
  13. il venait d'avoir 18 ans,
  14. petit bambino





Dalida, de son vrai nom Iolanda Cristina Gigliotti, postérieurement francisé en Yolanda, est une chanteuse et actrice née en Egypte, dans une famille d'origine italienne, le 17 janvier 1933 au Caire, en Égypte[1], et décédée le 2 mai 1987 à Paris par suicide, en avalant des barbituriques. Elle a essentiellement chanté et joué en français mais aussi en italien, en arabe égyptien, en anglais, en espagnol et en allemand. Elle a vendu 125 millions de disques.

Du Caire à Paris

Le père de Dalida, l' italien Pietro Gigliotti (1904-1945) était premier violon à l’Opéra du Caire. Elle est la seule fille d'une famille de trois enfants : Orlando est l'aîné ; et son frère cadet Bruno, né en 1936, prendra en 1966 pour nom de scène Orlando, le prénom de son frère ainé, et il deviendra l'agent artistique de Dalida).

Iolanda naît le 17 janvier 1933 à Choubrah (faubourg aux portes du Caire), en Égypte, de parents calabrais originaires de Serrastretta, dans la province de Catanzaro, en Italie.

Après avoir remporté en Égypte quelques concours de beauté, dont le titre de « Miss Égypte 1954 »[ et tourné dans plusieurs films de série B, Dalida gagne Paris à l’âge de vingt-et-un ans dans l’espoir de faire carrière dans le cinéma.
 Elle prend rapidement conscience du fait que son maigre bagage ne pèse rien aux yeux des producteurs français, et s’oriente vers la chanson : elle débute à la Villa d'Este, dans un répertoire à l’exotisme latin. Au début de sa carrière, Iolanda Gigliotti a pour nom de scène Dalila, mais ce pseudonyme faisant trop penser aux mythiques Samson et Dalila, elle le changera très vite en Dalida (sur les conseils d'Alfred Machard, écrivain).


Carrière



À la recherche de nouveaux talents pour son music-hall, Bruno Coquatrix remarque Dalida à la Villa d'Este et au Drap d'Or (restaurants-cabarets parisiens). Il lui suggère de participer à un concours pour amateurs : « Les Numéros 1 de demain », organisé à l’Olympia le 9 avril 1956. Sont présents Eddie Barclay, jeune producteur de disques (qui vient d'importer le disque microsillon des États-Unis en France), et Lucien Morisse, directeur des programmes d’Europe 1. Pour l'anecdote, ils ont joué au 421 pour savoir s'ils assisteraient ou non au concours diffusé sur Europe 1, Eddie Barclay désirant assister au concours et Lucien Morisse voulant aller au cinéma. Lucien Morisse, subjugué par le charme oriental de Dalida, la convoque dans ses bureaux de la rue François 1er. Le 28 août 1956 sort son premier 45 tours : Madona, une adaptation française d'un titre portugais d'Amália Rodrigues, Barco Negro. Devant ce succès mitigé et un deuxième disque en octobre, Le torrent, qui n'a guère été plus efficace, Lucien Morisse pense avoir déniché le titre qui sera la marque de fabrique de Dalida : Bambino, reprise d'une chanson de Marino Marini Guaglione, qui était prévu pour la vedette en place, Gloria Lasso. Il bloque la chanson et la fait enregistrer en une nuit. Il invente le matraquage, Bambino passe toutes les heures à l'antenne d'Europe 1. Résultat des courses : une chanson vendue à 1/2 million de 45 tours, plus d'un an au hit-parade (d'après Infodisc, n° 1 pendant 39 semaines) et premier disque d'or. Sur sa lancée, Dalida partage, quelques semaines plus tard, la même scène de l’Olympia, en première partie du spectacle de Charles Aznavour, puis en vedette américaine de Gilbert Bécaud. Elle sera par ailleurs tête d'affiche à l'Olympia en 1961, 1964, 1967, 1971, 1974, 1977 et 1981.

Lucien Morisse, qui l’épousera ensuite (1961), prend sa carrière en main et en fait rapidement une immense vedette populaire, grâce à des succès comme Bambino, qui la lance en 1956, Come prima, Gondolier, Les Gitans, Histoire d'un amour, Aie mon coeur, Dans le bleu du ciel bleu, Romantica, bientôt suivis par Les Enfants du Pirée, Ciao, ciao bambina, L’Arlequin de Tolède, Itsi bitsi, petit bikini, Garde-moi la dernière danse, Nuits d'Espagne, Le jour le plus long, Achète-moi un juke-box, Le petit Gonzalès, Chaque instant de chaque jour, Amour excuse-moi (Amore scusami), La danse de Zorba, El Cordobès, Il Silenzio (Bonsoir mon amour), Les grilles de ma maison, À qui, Petit homme, Ciao Amore, Ciao , Mama, Le temps des fleurs, Zoum Zoum Zoum, etc.


 
  •  
  • Respectez le travail des autres et respectez-vous vous-mêmes : achetez vos fichiers midi !
  •