Err

Panier d'achat (prix nets)
Rechercher Votre Panier   Continuer les achats

Medley slows mythiques années 60

(Code: 06132189)

Ecouter un extrait audio du fichier midi
20,00 EUR
Acheter le fichier
Medley slows mythiques années 60

 Medley slows mythiques années 60


     
     
     

    1 Nights in white satin - The moody blues
    2 Rain and tears - Aphrodite Childs
    3 Whiter shade of pale - Procol Harum
    4 C'est extra - Léo Ferré
     


    Durée 9mn20
     
     


Quatre mega hits inoubliables !


 

 




The Moody Blues : "Nights In White Satin" 10 novembre 1967

 Sortie de "Nights In White Satin" par le groupe de rock progressif américain "The Moody Blues" (Face B : "Cities"), sous le label Deram Records.
La chanson, extraite de l'album "Days of Future Passed", a été composé par le leader du groupe Justin Hayward à l'âge de 19 ans à Swindon, après qu'un ami lui ait offert des draps en satin.
Elle raconte l'histoire d'un amour non-partagé.

 

 


Aphrodite Childs : Rain and tears 1968

Le groupe fut créé en Grèce par Evangelos Odysseas Papathanassiou (plus connu sous le nom de Vangelis), Demis Roussos, Lucas Sideras et Silver Koulouris. La formation voulait se rendre à Londres, pensant que la ville pourrait contribuer à leur succès, mais elle n'alla pas plus loin que Paris, bloquée par la douane anglaise et à cause des événements de 1968. Koulouris resta en Grèce pour terminer son service militaire. Il rejoint le groupe pour l'enregistrement de 666.
Pour Vangelis, qui avait déjà joué avec les Forminx, et pour Roussos, ancien Idols, ce n'étaient pas leurs premières expériences en musique.
Leur plus gros tube en Europe reste sans conteste Rain and Tears (dont la mélodie est basée sur le Canon de Pachelbel), de l'album End of the World.
 

 





Procol Harum : A Whiter shade of pale 1967

 
A Whiter Shade of Pale, premier single de Procol Harum, atteint la première place du hit-parade dans de nombreux pays, y compris au Royaume-Uni, et reste l'une des chansons les plus connues du groupe. Selon une estimation réalisée pour la BBC, il s'agit de la chanson la plus diffusée dans les lieux publics britanniques durant la période 1934-2009.
Elle n'apparaît pas sur l'édition britannique originale du premier album du groupe, Procol Harum, également sorti en 1967, mais est présente sur la version américaine, ainsi que sur la version CD.
Le texte comporte quatre couplets, mais seuls les deux premiers figurent sur l'enregistrement original. Le troisième couplet a pu être entendu lors de prestations scéniques de Procol Harum, tout comme le quatrième mais plus rarement.
A Whiter Shade of Pale était créditée à l'origine à Keith Reid (paroles) et Gary Brooker (musique). Une décision de justice en 2005 a reconnu que l'organiste Matthew Fisher avait également contribué à l'écriture de la musique, et devait être crédité comme co-auteur de la chanson et recevoir une part des royalties liées. Musicalement, la ligne d'orgue de la chanson s'inspire de deux pièces de Jean-Sébastien Bach, la cantate Wachet auf, ruft uns die Stimme (BWV 140) et la Suite pour orchestre no 3 en ré majeur (BWV 1068), mais contrairement à une croyance répandue, il ne s'agit pas d'une reprise note pour note de Bach.









Léo Ferré : C'est extra 

Léo Albert Charles Antoine Ferré, né le 24 août 1916 à Monaco et mort le 14 juillet 1993 à Castellina in Chianti (Toscane), est un auteur-compositeur-interprète, pianiste et poète franco-monégasque. Ayant réalisé plus d'une quarantaine d'albums originaux couvrant une période d'activité de 46 ans, Léo Ferré est à ce jour le plus prolifique auteur-compositeur-interprète d'expression française. D'une culture musicale classique, il dirige à plusieurs reprises des orchestres symphoniques, en public ou à l'occasion d'enregistrements discographiques.
C'est extra est une chanson érotique de Léo Ferré, parue sur le 33 tours L'Été 68 et sur 45 tours en 1969.Le succès de C'est extra en 1969 élargit considérablement son audience, tout particulièrement auprès de la jeunesse. La réceptivité de ce nouvel auditoire, qui reconnaît dans le poète le « prophète » de sa propre révolte, amène Ferré à éclater dans certaines de ses chansons les structures traditionnelles au profit de longs monologues discursifs s'apparentant aux arts oratoires
 


 
  •  
  • Respectez le travail des autres et respectez-vous vous-mêmes : achetez vos fichiers midi !
  •